Né le 18 juin 1968 en Gironde, LEBIL baigne dans la musique dès son plus jeune âge.
Ses parents mélomanes le surnomment LEBIL à cause de sa passion pour les Beatles et Joe Dassin dont il balbutie les chansons "Bungalow Bill" et "Billy le Bordelais".


Après une première tentative infructueuse de solfège à l'âge de 11 ans, LEBIL alors adolescent apprend ses premiers accords de guitare, entraîné par son pasteur.


LEBIL forme avec un ami de lycée le groupe "Aqua", fortement influencé par la pop anglaise et le rock progressif. Cette occasion lui permet de faire ses armes de compositeur.


Sortie d’un 45 tours avec le groupe éphémère « Les désaccordés »  pendant des études de commerce à Angers. Cette première expérience d'enregistrement sera un déclic pour la suite...


Auteur, compositeur, interprète, arrangeur,  passionné de son,  LEBIL s'équipe d'un home-studio d'où il produit et réalise ses chansons, libre artisan de son univers singulier, onirique, véritable invitation au vagabondage, sur des textes évoquant les cycles de la vie, les traits principaux de notre société contemporaine, dans une atmosphère empreinte de mélancolie et de second degré.

 

LEBIL lance fin 2014 son premier album intitulé "Machine humaine" qu'il a masterisé aux studios Abbey Road à Londres.

Alain Parmentier ©1970

La réalisation de l'album machine humaine a débuté en septembre 2013 dans mon homestudio, spécialement aménagé à cet effet.

Le premier titre enregistré fut "Tu likes ton job?". Les autres chansons ont été écrites et maquettées auparavant.

J'ai voulu à travers cet album apporter une musicalité moderne et singulière issue d'une esthétique dont les racines prennent leur source à la fin des années 60 jusqu'au début des années 70.

Mélomane avant de devenir un guitariste autodidacte, je joue sur l'album de la plupart des instruments à l'exception de la batterie interprétée magistralement sur la majorité des titres  par Arthur Parmentier.

Les participations amicales en guest star de quelques musiciens sont d'autant plus significatives, qu'il s'agisse du phrasé très inspiré du grand saxophoniste Christophe Depierre, du solo de guitare aérien du flamboyant Philippe Bonnet, de l'imparable tournerie de basse de Christophe Nadal, ou des choeurs des enfants sur le dernier titre, "Au milieu du gué", enrichi des percussions de Jade et du saxo de Mila...

Les textes de "Machine humaine" sont venus après la musique et évoquent tout à la fois

 

les cycles de la vie, les traits caractéristiques de la société contemporaine dans une atmosphère empreinte de mélancolie et de second degré.

Passionné de son, et recherchant à tout prix la chaleur analogique des anciennes consoles, après une année de réalisation, l'enregistrement s'est terminé en beauté aux mythiques studios Abbey Road avec le superbe travail de mastering réalisé par Sean Magee.

Enfin, Pierre Dejarnac, graphiste de l'album, a su traduire de manière poétique en image l'univers fantasmé de mes rêveries discographiques.

Mode d'emploi

L'album que vous allez écouter a été enregistré avec le plus grand soin, bénéficiant d'une qualité sonore supérieure au CD, en 24 bits.

Ce souci de la matière sonore fait partie intégrante de l'oeuvre et du plaisir d'écoute qui doit en découler.

Afin d'en profiter au maximum, je vous conseille d'éviter l'ordinateur,et de privilégier votre système hifi, ou votre casque..