• Admin

Liberté, Egalité, Fraternité, GET BACK!


Maintenant que nous nous autorisons enfin à appeler un chat un chat, fut-il d’Iran ou d’ailleurs, nous voici plongés dans le 2ème acte d’une pas très drôle de guerre d’une prétendue religion contre notre civilisation occidentale.

Si l’histoire se répète, nul n’est besoin de s’attarder éternellement sur des considérations sémantiques et analytiques, qui bien que nécessaires, n’apportent pas les solutions que réclament l’urgence d’une situation qui prend benoîtement ses racines depuis plus de deux décennies (lire sur mon site www.lebilmusic.com à la rubrique blog l’article Charlie la liberté).

Oui la religion est une âme à double tranchant dont la dérive d’une instrumentalisation sectaire, prônée par une minorité croissante de fanatiques lobotomisés, vise purement et simplement à éradiquer toute forme d’humanité ne partageant pas leur vision apocalyptique mortifère.

Sous couvert de religion, les sectes (du latin secare, couper) construisent des prisons intérieures, fabriquent des machines (in)-humaines criminelles aux seules fins de pouvoir et d’argent.

Nous français, dans notre belle diversité, notre richesse multiculturelle, nos confessions, nos athéismes, portant l’étendard de la république, sommes une cible de choix pour ceux là qui, à travers leur crime d’humanité, privent de vie un des peuples des plus hédonistes qui soit, mais aussi tous ceux qui tout simplement ne souhaitent pas leur ressembler sur l’ensemble de la planète.

C’est anecdotique, mais les revendications et déclarations récentes des « hommes de la dèche » sur le caractère satanique des concerts que nous avons plaisir à aller voir, m’ont rappelé le souvenir personnel de 2 inoffensifs allumés témoins de Jéhovah qui, alors que j’étais adolescent, frappèrent à ma porte et me condamnaient d’écouter AC/DC.

Cette dictature idéologique ne passera pas, et nous le voyons bien dans la réaction du peuple français face à l’adversité, des actions ou témoignages de solidarité du simple citoyen en passant par les représentants de son corps d’état exemplaire, qu’ils soient médecins, policiers, pompiers, militaires…

Cette dignité réchauffe le cœur et donne largement à espérer. Mais voilà qu’à peine le deuil réalisé, certains de nos élus s’écharpent et nous offrent le spectacle affligeant de leurs sempiternels combats tacticiens.

Nous ne pourrons plus l’accepter comme en témoignent les nombreuses réactions de mardi sur le web. Car enfin, appelons encore un chat un chat, l’incapacité de nos élites dirigeantes à comprendre le monde et à développer une vision et des actions politiques efficaces n’est aujourd’hui plus supportable dans de telles circonstances.

Ces échecs si successifs qu’ils font maintenant loi en France depuis des décennies, nous privent paradoxalement de tout choix démocratique puisque nulle solution n’est apportée dans tel ou tel camp. Faut-il s’étonner du succès croissant du front national, ou du développement abstentionniste ?

Nos dirigeants portent aujourd’hui la lourde responsabilité historique de se hisser à la hauteur de la dignité du peuple français, en mettant au cœur de leurs actions les principes républicains qui ont trop souvent été bafoués au cours des dernières décennies.

C’est notre république, nos idéaux que l’on vise, charge à nos gouvernants d’en renforcer les principes par des actions concrètes et rapides.

-LIBERTE de pouvoir encore et toujours participer à une vie associative, culturelle, sportive, religieuse (en aidant nos concitoyens musulmans à se doter d’un corpus de formation théologique digne de ce nom, en faisant le tri avec la cohorte de sectes en tous genres)…en toute sécurité. Si le gouvernement semble enfin se donner les moyens d’actions financiers, il ne pourra en rester à cette face visible de l’iceberg qui n’est qu’une partie d’une problématique complexe…Nous ne sommes pas des américains, ni des russes, est-il bon de le rappeler.

-EGALITE des chances sur l’ensemble du territoire. Il semblerait que nombre de rapports sur les banlieues aient été rendus, dont le dernier en juillet par Mr Malek Boutih, qui semble connaître son sujet et apporter des solutions. Il n’est pas le seul, et il est grand temps d’écouter ces personnes qui sont bien connectées au réel, et de passer à l’action pour sortir de l’exclusion des milliers de jeune qui tombent dans la délinquance et sont le fertile terreau des fanatiques.

Egalité des chances dans les écoles qui ne peuvent favoriser une nation à deux vitesses.

Egalité dans l’appréhension et la formation à notre système de défense. Remettre notre service national tel qu’il était avant sa suppression de Jacques Chirac ne sert à rien s’il contribue par les systèmes de pistons à systématiquement planquer les élites dans les bureaux.

-FRATERNITE enfin et surtout car nos ennemis aspirent plus que tout à ce que l’on se déchire, et ne vont que souffler sur la braise de nos désaccords. Cessons de tout vouloir opposer à tout, méfions nous comme de la peste des donneurs de leçons de tous bords qui font le jeu de ceux que nous devons combattre.

Notre modèle politique et son clivage politique binaire droite-gauche est aujourd’hui non seulement obsolète dans un monde rangé au niveau du capitalisme globalisé, mais dangereux pour notre démocratie, car inopérant, il divise au lieu de fédérer. La fracture sociale, est le triste produit de la fracture factice et artificielle de notre système d’organisation politique qui ne s’appuie plus que sur des postures contreproductives.

Il faut repenser une organisation sociétale basée sur des compétences et non plus sur des « clubs de foot » qui non contents de perdre tous les matchs, passent leur temps à marquer des buts contre leur propre camp.

Dans l’attente de cette nouvelle donne politique qui ne se fera pas avec les acteurs actuels qui n’ont que trop d’intérêts à préserver leur pré-carré, ceux-ci doivent s’entendre sur un minimum « syndical » qui préserve la France dans son unité.

Sur ce chapitre, la république doit, je me répète, rapidement contribuer à aider les musulmans dans leur organisation. La république et le fait religieux ne sont pas si étrangers que l’on pense. D’ailleurs certains historiens s’accordent à dire que la république s’appuie sur des valeurs chrétiennes.

Cette théorie avérée ou non, la fraternité n’est pas l’apanage de la république.

Citoyen français, chrétien de par ma culture familiale, protestant de confession, je peux témoigner du discours fraternel de Jésus qui appelle à nous aimer les uns les autres.

En tant que croyant je me sens proche en humanité de tous, en ce sens qu’un dieu créateur ne peut à mes yeux et dans ma compréhension laisser pour compte une partie de sa création.

Au même titre que le politique républicain doit s’entendre sur un minimum commun qui est Liberté, Egalité, Fraternité, il me semble que tout croyant qu’il soit juif, chrétien ou musulman partage ces valeurs qui lui sont fondatrices. Le fait religieux est par essence l’allié de la république, Celle-ci, et malgré son principe laïc de protection des différents cultes, semble avoir abandonné jusqu’alors nos frères musulmans à leurs difficultés internes, que nous connaissons bien pour les avoirs déjà rencontrées notamment au 16ème siècle entre catholiques et réformés.

Le religieux n’a pas le monopole du fanatisme, on le sait. Notre esprit critique, cultivé et nourri à l’école républicaine, doit rester plus que jamais éveillé.

Il y aurait sûrement encore beaucoup à dire et surtout à faire, et je souhaite donner le mot de la fin à un homme qui suscite de par son action l’admiration. Il s’agit de Patrick Pelloux, urgentiste, qui écrit dans Charlie : « chaque larme versée représente un devoir, celui de ne pas oublier d’aimer ».

#liberté #égalité #fraternité #getback #patrickpelloux #acdc

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout